Le forum de Dornas etc...

Dornas et ses environs (boutières, mézilhac et alentours)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La cloche de l'école de Molines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
brunolebelge
Ardéchois éternellement
Ardéchois éternellement
avatar

Nombre de messages : 658
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: La cloche de l'école de Molines   Ven 10 Aoû - 16:08

Lors de l’assemblée générale extraordinaire De l’association Lou Bachas de Molines du 9 aout, une question a été reposée : faut-il déplacer la cloche de l’école de Molines ? En effet l’école a été rachetée par une personne privée au début des années 70. Mais la cloche qui avait été achetée par souscription par les habitants de Molines serait toujours leur propriété. Certains souhaitent la déplacer au four de Molines pour la protéger pour le futur, l’école n’appartenant plus à la commune. D’autres voudraient la laisser sur l’école pour des raisons historiques avec une certaine incertitude sur sa préservation dans le futur. Ce sera aux habitants de Molines de décider ! Si certains ont un avis sur la question … Le conseil d’administration aimerait recueillir l’avis des habitants de Molines afin de pouvoir prendre une décision …

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bRuNo
Ardéchois éternellement
Ardéchois éternellement
avatar

Nombre de messages : 1808
Age : 41
Localisation : Paris et Dornas (parfois)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: La cloche de l'école de Molines   Mar 14 Aoû - 11:55

moi personnellement si j'avais à voter, je suis POUR qu'elle reste sur le bâtiment de l'école ! ! !

study

_________________
nul ne peut se rendre a dornas et partir en l'ayant oublié signez la pétition pour sauver l'areilladou !!!! http://www.ipetitions.com/petition/areilladou/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b2006.dornas.free.fr/
brunolebelge
Ardéchois éternellement
Ardéchois éternellement
avatar

Nombre de messages : 658
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Avis sur la cloche   Sam 18 Aoû - 10:31

Monsieur Jean Hartweg, secrétaire de l'association Lou Bachas de Molines, m'a demandé de mettre sur le forum cet avis. Attention, cette avis est le sien et n'engage pas l'association Lou Bachas de Molines.

De la cloche de l’Ecole

Antilogie molinesque

I. Contre le transfert de la cloche


En 1882, les lois adoptées à l’initiative du ministre de l’Instruction Publique Jules Ferry instituèrent l’école laïque, gratuite et obligatoire dans toutes les communes de France. La cloche réglait alors un emploi du temps identique dans toutes les écoles primaires : leçon de calcul ou de grammaire débutaient à la même heure. A Molines comme à Girond, la maison de l’instituteur domine légèrement le toit de l’école : symbole d’une autorité modérée. Partout la plume Sergent major traçait ses pleins et ses déliés à l’encre violette. Contre les reîtres prussiens, l’instruction du peuple de la république une et indivisible formait les enfants des campagnes à l’école pacifique des hussards de la république, en dehors de toute dérive cléricale ou patoisante.
La cloche offerte à leur école par les habitants de Molines sous la IIIe République est le signe d’un accord sur la nécessité de l’instruction pour tous. Elle ne célèbre pas romantiquement l’angélus invitant les moissonneurs au recueillement ; elle ne sonne pas dramatiquement le tocsin ; elle instaure une discipline, qui est respect de la ponctualité et d’un rythme, le même pour tous. Jeu et sérieux, garçons et filles, monde du travail et monde de l’école sont nettement séparés. Plus tard, à l’Ecole normale d’instituteurs, les plantes et les arbres auront leurs noms, bien consignés sur un écriteau, comme dans les jardins de simples que l’on reconstitue actuellement. A chaque herbe sa dénomination, à chaque simple sa vertu.
Ravir la cloche, c’est détruire cet ordre républicain. Sa place est à l’entrée de la classe, où elle rappelle que le premier devoir est d’être à l’heure, de ne pas remettre à plus tard ce qui peut être fait aujourd’hui. Elle est unique, austère, et ne se risque pas aux fantaisies mélodiques des carillons flamands. Signe d’un impératif catégorique, elle ne peut, par complaisance, aller ailleurs, tout comme l’aiguille du cadran solaire,une fois posée, ne peut vagabonder sur un pente exposée autrement sous peine de perdre sa justesse. Elle marque un lieu de mémoire : mémoire de l’heure, mémoire des leçons, mémoire des générations qui ont suivi les leçons du même instituteur.
Enlever la cloche, c’est donc faire perdre les repères, déboussoler tout un village, desceller l’étoile polaire qui guide le navigateur sur la mer hasardeuse et pleine de tumulte des révolutions de toutes sortes. Ce qui était nécessité intangible devient ornement superflu, ce qui était incitation à l’ascèse et aux difficiles apprentissages devient stimulation des plus bas instincts, de Messer Gaster, le cuisinier qui, gavant ses concitoyens de quiches et de pizzas, leur fait oublier leur âme dans les vapeurs délétères d’une piquette à l’efficacité sournoise. Le toit de l’Ecole se perdait dans le bleu du ciel ; celui du four à pain s’enveloppe des fumées des rôtis.
J.H.


II. Pour le transfert de la cloche

« La cloche de l’Ecole doit rester à l’école » : la formule a la force d’une évidence. Mais il y a des évidences trompeuses. Doit-on rester à l’école parce qu’on l’a fréquentée ? Le meilleur écolier est celui qui en sort avec les honneurs. Les partisans de cette cloche sédentaire veulent assigner à résidence une cloche qui ne sonne plus depuis des décennies. Devons-nous nous attarder sur ce lieu de mémoire comme dans le musée d’une instruction qui n’est plus ? Verser un pleur hypocrite sur une cloche au gosier vigoureux, peut-être, mais qui ne sonne plus ? A multiplier de tels regrets, à marquer chaque lieu de mémoire d’une pierre blanche, on transforme les villes en musées, et les campagnes en cimetières.
Qui a dit que les cloches ne devaient pas voyager ? Autrefois, leur son se propageait de clocher en clocher, emplissant tout l’espace. Une tradition, ultramontaine sans doute, veut que les cloches fassent le vendredi saint le voyage de Rome pour en revenir le matin de Pâques. Et une cloche qui fait l’aller et retour de Rome en trois jours ne pourrait en un an aller de l’école au four, voire au moulin ou au bachas ? Le vrai garant de la mémoire, c’est la communauté qui a offert la cloche à l’école. Or celle-ci se perpétue de génération en génération. Jean-Jacques Rousseau, dont on célèbre le tricentenaire cette année, a affirmé que la volonté générale ne peut errer. Se trompe-t-elle seulement quand elle veut déplacer une cloche ? Une cloche n’est pas une borne.
Le vol de la cloche est une formule ambiguë : envolée glorieuse de Pâques ou plus simplement de la cloche que l’on fait sonner à toute volée ? Ou vol furtif, déménagement à la cloche de bois d’une cloche récalcitrante, qu’un morceau d’étoupe, glissé comme un bâillon entre la paroi et le battant, empêche de crier son indignation ? Le mot même de « transfert » est suspect, tant il est lourd d’implications psychanalytiques : au transfert de la cloche de l’école, domaine du savoir, au four, domaine de la jouissance, répond un contre-transfert qui lutte contre cette dictature du ventre et remplace les joies du plaisir goûté en commun autour d’une table bien garnie par l’aspiration au savoir, aux archives, celles-ci fussent-elles départementales.
Le statut de la cloche, merveilleusement instable, est comme une invitation au voyage : le mur de l’école appartient sans conteste au particulier propriétaire des lieux. La cloche demeure, au moins symboliquement, bien commun des habitants de Molines, quoique cette communauté n’ait aucun statut juridique. Enfin, l’applique porte l’équivoque à son comble : scellée dans le mur, elle en a la permanence et la solidité obstinée ; mais une attache mobile permet à la cloche de battre, et malgré son poids, on peut la décrocher. Or cette applique est l’image même de l’enseignement, qui s’attache avec application à des objets fixes, à l’édifice intangible du savoir, pour susciter le mouvement des idées, originales et différentes d’un écolier à l’autre. Figer la cloche au mur qui la tient, c’est arrêter la pensée, chose mobile et semblable aux abeilles. H.J.
Si nous ne voulons pas être cloches, transportons la cloche, mais gardons-nous bien de l’arrêter quelque part.

Conclusion :

Nous l’emprunterons à Maître Janotus de Bragmardo, docteur en Sorbonne :
« Omnis clocha clochabilis, in clocherio clochando, clochans clochativo, clochare facit clochabiliter clochantes. »

Rabelais,Gargantua chapitre 19
Pcc. J.H.H.J.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Ardéchois à la folie
Ardéchois à la folie
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 74
Localisation : Pas très loin de Lyon
Date d'inscription : 12/01/2010

MessageSujet: Re: La cloche de l'école de Molines   Mar 21 Aoû - 15:09

Félicitations à Mr Hartweg pour son exposé qui ,j'ai bien compris, n'engage que lui,très bien écrit et plein de poésie.A la suite de la lecture le choix est encore plus difficile.
Rabelais arrive à point nommé....pour semer un peu plus de perplexité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La cloche de l'école de Molines   

Revenir en haut Aller en bas
 
La cloche de l'école de Molines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chantier école avec Tom Rijven
» cloche à vase
» Saint Jean de Cole.
» Un "cas d'école"
» Cloche ou grelot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Dornas etc... :: Le forum de Dornas, les boutières ...-
Sauter vers: